Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le chien vécurent une année ainsi dans la même cage. Au bout d’un an, le chien tomba malade et mourut. Le lion refusa de manger ; il flairait sans cesse le chien, le léchait, le touchait avec sa patte.

Quand il comprit que le chien était mort, tout à coup il bondit, se hérissa, se mit à se frapper les flancs de sa queue, et se jeta contre les barreaux de sa cage qu’il mordait avec rage.

Toute la journée, il se frappa et rugit, puis il se coucha près du chien mort et se calma. Le maître de la ménagerie voulut emporter le cadavre, mais le lion ne laissait s’approcher personne.

Le maître pensa que le lion oublierait sa douleur si on lui donnait un autre chien. Il laissa donc entrer dans sa cage un petit chien. Mais, aussitôt le lion le mit en pièces. Ensuite, il prit entre ses pattes le cadavre du chien et resta ainsi cinq jours.

Le sixième jour le lion mourut.


Pierre Ier et le Paysan.
Histoire vraie.

Le tzar Pierre rencontra un paysan dans la forêt. Le paysan coupait du bois.

Le tzar dit :

— Que Dieu te bénisse, paysan ! Le paysan répondit :

— J’en ai grand besoin !

Le tzar demanda :