Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/284

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prit l’aîné, le souleva doucement et le mit sur son cou ; et depuis, l’éléphant obéit à cet enfant et travailla pour lui.


L’Impératrice chinoise Silentchi.
Histoire vraie.

L’empereur chinois, Goantchi, avait une femme favorite qui s’appelait Silentchi. Voulant que le peuple se souvînt de la reine favorite, il lui montra un ver à soie et lui dit :

— « Apprends ce que l’on peut faire de ce ver et comment on l’élève, et le peuple ne t’oubliera jamais. »

Silentchi se mit à observer les vers. Elle remarqua que, lorsqu’ils mouraient, ils étaient entourés d’une fine enveloppe. Elle déroula cette enveloppe, la transforma en fils, et de ces fils fit un mouchoir de soie. En outre, elle remarqua que ces vers préféraient à tous les arbres le mûrier.

Alors elle ramassa des feuilles de cet arbre et en nourrit les vers. Elle propagea l’espèce, et enseigna au peuple la façon de l’élever.

Depuis lors, cinq mille ans se sont écoulés et les Chinois se souviennent encore de l’impératrice Silentchi et célèbrent une fête en son honneur.