Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/312

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Alors on emmena, dans le désert, la princesse aux cheveux d’or et on l’y abandonna.

Le cinquième jour, la princesse revint chez son père, à cheval sur un lion.

Alors, la marâtre conseilla au roi d’égarer sa belle-fille dans les montagnes sauvages où ne vivaient que des vautours. Le quatrième jour, les vautours la rapportèrent chez son père.

Alors, la marâtre fit exiler la princesse sur une île déserte, dans la mer. Des pêcheurs remarquèrent la princesse aux cheveux d’or, et six jours après la ramenèrent au roi.

Voyant cela, la marâtre ordonna de creuser dans la cour un puits profond ; elle y fit descendre la princesse aux cheveux d’or et fit combler le puits. Six jours après, à la place où la jeune fille avait été enterrée vivante, on vit briller une lumière ; le roi fit fouiller le sol, et on trouva la princesse aux cheveux d’or.

Enfin la marâtre fit creuser le tronc d’un mûrier, y fit enfermer la princesse et l’arbre fut jeté à la mer.

Le neuvième jour, la mer rejeta la princesse aux cheveux d’or sur les côtes du Japon. Les Japonais retirèrent de l’arbre la belle princesse vivante.

Mais aussitôt qu’elle vit le jour, elle mourut et se transforma en ver à soie.

Le ver à soie grimpa sur le mûrier et se mit à