Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un hangar dont on referma la porte sur lui. Jiline tomba sur la paille. Il resta quelque temps immobile, chercha dans l’obscurité l’endroit le plus moelleux, et s’y étendit.