Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/396

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jusqu’à la découverte de l’aimant, les navires ne pouvaient s’éloigner des côtes. Mais une fois que l’aimant fut trouvé, on fixa une aiguille aimantée sur une tige qui lui permit de tourner librement. Grâce à cette aiguille, on commença à savoir dans quel sens marchait le navire, et l’on put s’en aller très loin des côtes. Dès lors, on découvrit un grand nombre de mers, inconnues jusque-là.

Tous les vaisseaux ont à bord une aiguille aimantée, — c’est la boussole, — et une corde à nœuds installée à l’arrière, de telle façon qu’elle se déroule d’elle-même, indiquant à mesure la vitesse du bâtiment.

C’est ainsi qu’on sait toujours, sur un bateau, où l’on est, si la côte est éloignée, et dans quel sens l’on marche.