Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/403

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aiguille le bord d’un de ces cristaux, de nouvelles particules de salpêtre viendront se fixer sur le bord cassé et reconstituer exactement la forme normale, prisme hexaèdre. De même pour le sel et tous les autres corps, jusqu’aux plus petits grains de poussière, qui se tournent et s’agrègent du côté qu’il faut.

Même phénomène quand la glace se forme.

Un flocon de neige vole ; il ne présente aucune forme définie ; mais qu’il se pose sur un corps foncé et froid, sur le drap, sur la fourrure, on distinguera des contours précis : on verra une étoile, une figure hexagonale.

Ce n’est pas au hasard que la vapeur, en se congelant, se dépose sur les vitres ; à mesure qu’elle se congèle, elle se condense en étoiles.

Qu’est-ce que la glace ? C’est de l’eau refroidie et solidifiée. Quand l’eau passe de l’état liquide à l’état solide, elle se condense en cristaux, et elle perd de la chaleur.

De même pour le salpêtre : quand il se résout en cristaux, il perd de la chaleur. De même pour le sel, pour la fonte de fer, passant de l’état liquide à l’état solide. Quand un corps liquide se solidifie, il perd sa chaleur et se condense en cristaux. Mais lorsque de solide, il redevient liquide, le corps reprend sa chaleur, et les cristaux se dissolvent.

Prenez de la fonte de fer, et laissez-la refroidir ; prenez de la pâte chaude, et laissez-la refroidir ;