Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/405

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE MAUVAIS AIR


Au village Nikolskoié, le jour de la fête, les gens étaient allés à la messe. Il ne restait, dans la cour du seigneur, que la vachère, le starosta et le garçon d’écurie.

La vachère s’en fut au puits tirer de l’eau. Le puits se trouvait dans la cour même. Elle voulut tirer le seau dehors, mais ne put le retenir : il lui échappa, heurta contre la paroi du puits et arracha la corde. La vachère retourna à l’isba et dit au starosta.

— Alexandre ! Petit père, descends dans le puits. J’ai laissé tomber le seau.

Alexandre répondit :

— C’est toi qui l’as laissé tomber, c’est à toi de le repêcher.

La vachère dit :

— C’est bien, je descendrai moi-même ; seulement tu m’aideras.

Le starosta se mit à rire.