Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/406

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Eh bien ! Allons ! dit-il. Tu es encore à jeun, et je te tiendrai ; mais après le repas, c’eût été impossible.

Le starosta attacha un bâton au bout de la corde, et la femme, à cheval sur le bâton, empoigna la corde et se mit à descendre dans le puits, tandis que le starosta déroulait la corde en tournant la roue. Le puits avait en tout six archines de profondeur, l’eau, seulement une archine. Le starosta déroulait lentement la corde et demandait sans cesse :

— Encore ? Encore ?

Et d’en bas la vachère lui criait :

— Encore un peu !

Tout à coup, le starosta sentit que la corde mollissait. Il appela la vachère : elle ne répondit pas. Il regarda dans le puits et vit que la vachère gisait dans l’eau, la tête en bas, les pieds en l’air. Il se mit à crier, à appeler du monde ; mais il n’y avait personne. Seul le garçon d’écurie accourut. Le starosta lui ordonna de tenir la roue ; puis il remonta la corde, se mit à califourchon sur le bâton et descendit dans le puits.

Dès que le garçon d’écurie eut descendu le starosta au niveau de l’eau, le même fait se reproduisit. Le starosta lâcha la corde et tomba, la tête en bas, sur la vachère.

Le garçon d’écurie se mit à crier, puis il courut à l’église chercher du monde. La messe finissait, les gens sortaient de l’église. Tous s’élancèrent vers