Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol14.djvu/469

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans ses Œuvres complètes. Ils font tous partie soit du Syllabaire de L.-N. Tolstoï, soit du Manuel de la langue russe composé sur un plan dont je vais ici donner la description :

Je parlerai d’abord de la première édition du Syllabaire qui date de 1872, puis de la nouvelle édition de cet ouvrage qui parut vers 1880 avec des modifications considérables.

Dans la première édition, le Syllabaire et la Chrestomathie forment quatre livres. Chaque livre est divisé en parties et chaque partie en paragraphes. Le premier livre comporte quatre parties. La première, c’est le « syllabaire » au sens propre du mot, c’est-à-dire l’alphabet, les syllabes, des phrases dont les mots sont décomposés en syllabes, et enfin de courts récits, des devinettes, des proverbes et des dictons qui servent d’exercices pour l’emploi des lettres qui ont une prononciation spéciale. La particularité de l’alphabet proposé par Tolstoï, c’est qu’il donne un dessin simplifié des caractères, sans pleins ni déliés, afin d’éviter que la complexité du dessin ne soit un obstacle pour retetenir la forme principale.

La deuxième partie du livre est composée d’une série de récits répartis en quatre paragraphes. Les récits du premier paragraphe servent d’exercice de prononciation de certaines lettres et syllabes ; ceux du second sont choisis de telle façon qu’ils fournissent un exercice par chaque signe de ponctuation.

Dans le troisième paragraphe se trouvent groupés les exercices sur les propositions, et enfin, dans le quatrième, ceux spécialement affectés à la lecture des vers. Les sujets de tous ces récits sont très divers. On y trouve des variantes des fables d’Ésope ; des contes tirés des légendes indiennes, hébraïques et arabes ; des récits d’histoire, de géographie, d’histoire naturelle ; des lé-