Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sans lien avec les précédents, de sorte qu’on ne savait auxquels parer.

— Permets : Reconnais-tu que l’instruction est un bien pour le peuple ?

— Je le reconnais, laissa échapper Lévine, et aussitôt il comprit que telle n’était pas sa pensée.

Il sentit que s’il avouait, aussitôt son frère retournerait cet aveu contre lui, et le convaincrait d’inconséquence. Comment le lui prouverait-il, il l’ignorait, mais cela devait arriver infailliblement logiquement, et il attendait cette preuve.

Elle lui fut donnée bien plus facilement encore qu’il ne l’attendait.

— Si tu la reconnais comme un bien, dit Serge Ivanovitch, alors, en honnête homme, tu dois aimer cette œuvre, t’y intéresser, et, par conséquent, tu dois désirer y participer. Voyons ! mais tu viens de dire…

— Et si je n’en reconnais ni le bien ni l’utilité ?

— Tu ne peux le savoir puisque tu n’as jamais fait le moindre effort pour t’en convaincre.

— Admettons, dit Lévine qui n’admettait point du tout, admettons qu’il en soit ainsi, eh bien ! je ne vois pas pourquoi j’irais m’en tourmenter.

— Que veux-tu dire ?

— Non, vois-tu, si nous entamons cette discussion, explique-moi alors ton idée au point de vue philosophique…

— La philosophie n’a rien à faire ici, dit Serge