Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/278

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous demander de lui dire qu’elle (elle désigna Kitty) ne peut rester ici. Elle doit absolument venir à Moscou. Et lui parle de faire venir un docteur…

— Maman, il fera tout ce qu’il faudra ; il consent à tout, dit Kitty mécontente de voir sa mère prendre pour juge de leurs affaires Serge Ivanovitch.

L’ébrouement des chevaux accompagnant le bruit d’une voiture sur l’avenue interrompit la conversation.

Dolly n’eut pas le temps de se lever pour aller au-devant de son mari que de la fenêtre de la chambre où travaillait Gricha bondit Lévine, en écartant Gricha.

— C’est Stiva ! cria Lévine en bas du balcon. Nous avions terminé, Dolly, n’aie pas peur ! Et comme un gamin il s’élança au-devant de la voiture.

Is, ea, id, ejus, ejus, ejus, cria Gricha en courant dans l’allée.

— Il y a quelqu’un avec lui, probablement papa ! s’écria Lévine s’arrêtant à l’entrée de l’avenue. Kitty, ne descends pas l’escalier, fais le tour !

Mais Lévine se trompait en prenant pour le vieux prince le second visiteur. Quand il fut plus près de la voiture, il aperçut à côté de Stépan Arkadiévitch un beau jeune homme, coiffé d’un béret écossais avec de longs rubans flottants. C’était Vassenka Veslovski, un cousin issu de germain des Stcherbatzkï, un des brillants jeunes hommes de Pétersbourg et de Moscou, « brave garçon et remarquable