Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III

Une foule, composée surtout de dames, emplissait l’église brillamment éclairée pour la cérémonie du mariage. Les personnes qui n’avaient pas pu entrer se bousculaient aux fenêtres, se disputant les places, tout en jetant un regard à travers les vitraux.

Plus de vingt voitures étaient déjà rangées à la file dans la rue. Un officier de paix, malgré le froid, se tenait en uniforme brillant, près de l’entrée. Des équipages arrivaient sans cesse et déposaient tantôt des dames en chapeaux à plumes, qui relevaient les traînes de leurs robes, tantôt des messieurs qui soulevaient leurs képis ou leurs chapeaux haut de forme en entrant dans l’église. Les deux lustres étaient déjà allumés ainsi que tous les cierges devant les images des saints. L’éclat de l’or sur le fond rouge de l’iconostase, les ciselures d’or