Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



V

Tout Moscou était à l’église, tant amis que parents, et durant toute la cérémonie, au milieu de l’éclairage brillant de l’église, parmi les femmes et les jeunes filles richement habillées, les messieurs en habits et cravate blanche ou en uniformes on entendait chuchoter sans interruption, les hommes surtout, tandis que les femmes étaient absorbées par leurs observations sur les mille détails, toujours pleins d’intérêt pour elles, de la cérémonie.

Parmi le groupe d’intimes qui entouraient la mariée se trouvaient ses deux sœurs, Dolly, et l’aînée, la belle et majestueuse madame Lvov, arrivée de l’étranger.

— Pourquoi Marie est-elle en lilas foncé ? disait madame Korsouskï.

— Avec son teint, c’est tout ce qu’elle peut se