Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VI

À la fin de la cérémonie, l’un des officiants vint étendre au milieu de l’église, devant le lutrin, un grand morceau d’étoffe rose, pendant que le chœur entonnait un cantique d’une exécution difficile et compliquée, où la basse et le ténor se répondaient. Et le prêtre, se retournant, indiqua aux mariés l’étoffe rose.

Tous deux avaient souvent entendu parler du préjugé qui veut que celui qui monte le premier sur le tapis devienne le vrai chef de la famille, mais ni Lévine ni Kitty ne se le rappelèrent quand ils firent ces quelques pas. De même ils n’entendirent pas les remarques et les discussions des gens, les uns soutenant que Lévine avait mis le pied le premier sur le tapis, les autres affirmant qu’ils l’avaient mis tous deux en même temps.

Après les questions habituelles sur leur volonté