Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


donc l’ignorer comme les paysans, que les protestants et les catholiques affirment de la même manière la vérité unique de leur foi. Les preuves historiques, que chaque confession interprète en sa faveur, sont insuffisantes. Ne peut-on pas, disais-je, comprendre la doctrine d’une façon assez élevée, afin que disparaissent toutes ces divergences, pour le vrai croyant ? Ne peut-on pas aller plus loin dans la voie que nous suivons avec les vieux-croyants ? Ils affirmaient que la croix, les alléluias, la façon de marcher autour de l’autel sont autres chez nous. Nous leur avons dit : Vous croyez au symbole de Nicée, aux sept sacrements, nous y croyons aussi, Eh bien ! Tenons-nous donc à cela, et pour le reste, faites comme vous voudrez. Nous nous sommes réunis à eux parce que nous avons placé ce qui est essentiel dans la religion plus haut que tout le reste. Ne peut-on pas dire de même aux catholiques : Vous croyez à ceci et à cela, au principal ; quant au Filio que et au pape, faites comme vous voudrez. Ne peut-on pas dire la même chose aux protestants, en tombant d’accord sur le principal ?

Mon interlocuteur acquiesça à ma pensée, mais il m’objecta que de telles concessions donneraient lieu à des reproches envers le pouvoir spirituel, s’il s’écartait ainsi de la religion des ancêtres ; qu’il se produirait un schisme, tandis que le devoir spirituel était de maintenir dans toute sa pureté