Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/243

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la grange, faucha de l’herbe et en remplit le râtelier. On se mit au lit. Elisée coucha dans la cour où il avait dès le soir transporté son bissac. Tous s’étaient endormis. Elisée se leva, fit son paquet, se chaussa, enfila son caftan et s’en alla à la recherche d’Efim.