Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/254

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



X

Efim, immobile et priant, fixe ses regards sur la chapelle où se trouve le Saint-Sépulcre, au-dessus duquel trente-six lampes sont suspendues. Il regarde par-dessus les têtes, et — quelle merveille ! — voici que juste au-dessous des lampes, en avant de la foule, il aperçoit un petit vieillard en cafetan de bure dont la tête, entièrement chauve, luit comme celle d’Elisée Bodrov. « Il ressemble à Elisée, pense-t-il, mais ce ne doit pas être lui. Il n’a pu être ici avant moi : le bateau précédent était parti huit jours avant le nôtre ; il est impossible qu’il ait pu me devancer ainsi, et il n’était point sur notre bateau. J’ai bien examiné tous les fidèles. »

Tandis qu’il réfléchissait, le petit vieillard priait et faisait trois saluts : le premier devant lui, à Dieu ; les autres aux fidèles, à droite et à gauche. Quand le petit vieillard tourna la tête à droite,