Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



X

Le vieux diable attendait, attendait des nouvelles des diablotins pour savoir comment ils avaient perdu les trois frères. Mais après une longue attente, il alla se renseigner lui-même. Il chercha, chercha ; rien nulle part, sinon des trous. « Eh bien ! pensa-t-il, ils n’ont pas eu le dessus. Il faut que je me mette moi-même à la besogne. »

Il s’en fut à la recherche des trois frères dans leurs anciens logis, mais ils n’étaient plus là, et il les trouva tous trois dans un royaume différent.

Tous trois vivent et régnent.

Le vieux diable en fut blessé. « Eh bien ! se dit-il, je vais moi-même me mettre à la besogne. »

Il va d’abord chez Simon le Tzar. Il s’y rend, non sous son propre aspect, mais il prend la forme d’un général.

— J’ai entendu dire, Simon le Tzar, que tu étais