Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Et où vas-tu maintenant, mon parrain ? demanda le garçon. Si c’est de notre côté, viens chez nous ; et si tu vas chez toi je t’accompagnerai.

Le parrain dit :

— Je n’ai pas le temps maintenant d’aller chez tes parents, j’ai affaire en plusieurs villages. Mais je rentrerai demain chez moi ; alors tu pourras venir.

— Et comment te trouverai-je, parrain ?

— Voilà ! Tu marcheras du côté où le soleil se lève, toujours tout droit. Tu arriveras dans une forêt ; au milieu de la forêt tu trouveras une clairière. Assieds-toi là, repose-toi, et regarde ce qui arrivera. Remarque bien ce que tu verras, et va plus loin. Marche toujours tout droit. Tu sortiras de la forêt, tu trouveras un jardin, et dans le jardin un palais au toit d’or. C’est là que je demeure. Approche-toi de la grande porte ; j’irai moi-même à ta rencontre.

Et ayant prononcé ces mots, le parrain disparut aux yeux du filleul.