Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/420

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV

Le garçon fit ce que lui avait ordonné son parrain. Il marcha, marcha, et atteignit une forêt. Là il trouva une clairière ; au milieu de la clairière il y avait un pin. À une haute branche du pin était attachée une corde au bout de laquelle pendait un gros morceau de bois de trois pouds. Sous ce morceau de bois se trouvait un baquet avec du miel. Avant que le garçon ait eu le temps de se demander pourquoi ce miel se trouvait là, ainsi que le morceau de bois, il entendit du bruit dans la forêt, et il vit arriver des ours.

L’ourse venait en avant, derrière elle un ourson d’un an, et peu après trois petits oursons. L’ourse leva le nez et alla vers le baquet ; les oursons la suivirent. L’ourse plongea son museau dans le miel, appela les oursons qui accoururent et se mirent à manger. Le morceau de bois un peu