Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/429

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VII

Le filleul partit. Tout en cheminant il pensait : « Comment puis-je détruire le mal dans le monde ? Détruit-on le mal dans le monde en déportant les gens, en les emprisonnant, en les tuant ? Que dois-je faire pour ne pas prendre le mal sur moi et ne pas me charger des péchés des autres ? »

Et le filleul réfléchissait, réfléchissait, sans pouvoir résoudre la question.

Il marche, marche, et arrive dans un champ. Un blé serré couvrait ce champ, et c’était le temps de la moisson. Le filleul remarqua qu’un veau s’était aventuré dans le blé. Les moissonneurs s’en aperçurent aussi. Ils montèrent à cheval et pourchassèrent le veau en tous sens, à travers le blé. Dès que le veau voulait sortir du blé, arrivait un cavalier ; le veau effrayé s’enfoncait de nouveau