Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/437

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



X

Le filleul s’approcha de la rivière, puisa de l’eau dans sa bouche, arrosa le premier tison ; recommença encore et encore, arrosa les deux autres. À la fin, la fatigue le gagna et il avait faim.

Le filleul se rendit à l’ermitage, pour demander à manger au vieillard. Il ouvrit la porte : le vieillard, étendu sur un banc, était mort.

Il regarda autour de lui, aperçut des biscuits et mangea.

Il trouva une bêche et se mit à creuser une fosse pour le vieillard.

La nuit il allait chercher l’eau pour arroser, et le jour, il creusait la fosse. Aussitôt qu’il eut achevé de creuser la fosse, arrivèrent des gens du village qui apportaient à manger au vieillard.

Ils apprirent que le vieillard était mort après avoir béni le filleul. Ils l’aidèrent à enterrer le