Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol2.djvu/313

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Ivan est-il à la maison ? — demanda Nekhludov.

L’aînée des fillettes, comme stupéfaite, à cette question ouvrit les yeux de plus en plus grands et ne répondit rien ; la plus jeune ouvrit la bouche, s’apprêtant à pleurer. Une petite vieille en jupe à carreaux déchirée, entourée d’une ceinture rougeâtre, usée, regardait derrière la porte et ne répondait rien. Il s’approcha du seuil et répéta la question :

— Il est à la maison, seigneur — fit la petite vieille d’une voix tremblante, en s’inclinant très bas, et prise d’un trouble subit.

Quand Nekhludov, la saluant, traversa le seuil pour gagner la cour étroite, la vieille appuya sa joue sur la paume de sa main, s’approcha de la porte et sans quitter le maître des yeux, doucement hocha la tête. La cour sentait la pauvreté ; par ci par là, de la paille noircie par le temps ; sur le fumier épars, étaient jetées des bûches pourries, des fourches et deux herses. Tout autour de la cour il y avait des auvents presque totalement découverts et détruits d’un côté et sous eux, se trouvaient un araire, un chariot sans roues, et en tas, jetées l’une sur l’autre, des ruches vides et hors d’usage. Tchourisenok, avec une hache et avec le manche, cassait la claie que le toit enfonçait. Ivan Tchouris était un paysan de cinquante ans, d’une taille au-dessous de la moyenne. Les traits de son visage bruni, rond, entouré d’une barbe blonde