Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/272

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


naît Dieu créateur, législateur et juge, mais qu’en l’homme existe l’esprit qui est descendu du commencement infini — le fils de l’esprit, la lumière de l’entendement, et que la vie est en lui.

Dans l’entretien avec Nicodème, il est dit que la source de la vie, Dieu, a donné la vie au monde, en l’aimant. Il n’est dit nulle part que Dieu aime chaque homme, mais il est dit expressément que Dieu aima le monde, c’est-à-dire les hommes, en général, et voulut leur donner la vie ; et c’est pourquoi il donna au monde le fils, et par cela donna au monde, c’est-à-dire aux hommes, en général, la vie et la possibilité de rentrer dans le royaume de Dieu. Et c’est à ce verset que sont liées les paraboles du semeur.


LES PARABOLES DU SEMEUR ET AUTRES QUI EXPLIQUENT
LE ROYAUME DE DIEU

La première parabole du semeur est la représentation extrême de ce qu’est ce Dieu qui a donné la vie au monde, et pourquoi et comment il donna cette vie. Cette représentation extrême de Dieu, commencement de tout, ne peut être exprimée que par la similitude.

La similitude est la suivante : le semeur qui aime le froment, qui le cultive, représente Dieu qui aime le monde et en prend soin. Le semeur ne se soucie pas de chaque grain en particulier ;