Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pour l’homme il existe. Le mal, pour lui, c’est la vie en dehors de l’entendement. C’est pourquoi il faut distinguer nos conceptions sur le mal, en général, le mal objectif, comme disent les philosophes, le mal extérieur, et nos conceptions sur le mal pour chaque homme, le mal subjectif, le mal intérieur. Le mal objectif n’existe pas. Le mal subjectif c’est l’éloignement envers la compréhension, c’est la mort. Cette séparation des deux sortes de mal est exposée dans l’interprétation de la parabole du semeur et des grains qui sont tombés sur différents terrains.


Καὶ προσελθόντες οἱ μαθηταὶ εἶπον αὐτῷ· Διατί ἐν παραβολαῖς λαλεῖς αὐτοῖς ;

Τίς εἴη ἡ παραβολή αὔτη ;

Ἠρώτησαν αὐτόν τῂν παραβολήν.


Matthieu, xiii, 10. Alors les disciples s’étant approchés lui dirent :
Luc viii, 9. Que signifiait cette parabole ?
Et les disciples, s’étant approchés de lui, lui dirent :
Marc, iv, 10. Ils l’interrogèrent touchant le sens de cette parabole. Pourquoi nous racontes-tu des paraboles 1) ?

Remarques.

1) Selon Marc et Luc, les disciples demandent : Que signifie cette similitude ? Et selon Matthieu, ils demandent : Pourquoi nous parles-tu avec des similitudes ? Je pense que ces deux questions signifient la même chose : Pourquoi nous racontes-tu