Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/299

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et Jésus lui répond : « Comprends donc ce que je dis. Je dis que l’homme, outre son origine charnelle, est encore conçu par l’esprit. C’est pourquoi chaque homme est fait de chair et d’esprit, et peut entrer dans le royaume de Dieu. La chair est de la chair. De la chair ne peut naître l’esprit. Ce n’est que de l’esprit que peut naître l’esprit. L’esprit c’est ce qui vit en toi et vit librement, par la raison, et ce dont tu ignores le commencement et la fin. Et chaque homme le sent en lui. Pourquoi donc est-tu étonné que je te dise que nous devons être conçus du ciel, de Dieu, de l’esprit ? »

Nicodème dit : « Et cependant, je ne crois pas qu’il en puisse être ainsi. »

Alors Jésus lui dit : « Quel maître es-tu donc si tu ne le comprends pas ? Comprends donc que ce ne sont pas des subtilités quelconques que j’interprète. J’interprète ce que nous connaissons tous ; je parle de ce que nous voyons tous. Comment donc croiras-tu en ce qui est au ciel si tu ne crois pas en ce qui est sur la terre, qui est en toi-même. Personne n’est allé au ciel, mais en l’homme, fils de Dieu, qui est sur la terre, il y a l’esprit, celui-là même qui est Dieu.

« Voici, il faut précisément adorer ce même fils de Dieu en l’homme, comme vous avez adoré Dieu, comme Moïse a adoré dans le désert non la chair du serpent mais son image ; et cette image est devenue le salut des hommes. De même il faut adorer