Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le fils, Dieu en l’homme, non la chair de l’homme mais le fils de Dieu, afin que les hommes, se fiant à lui, ne connaissent point la mort, mais aient la vie éternelle dans le royaume de Dieu.

« Dieu a envoyé son fils, pareil à lui, non pour la perte des hommes mais pour leur bonheur. Il l’a donné pour que chacun, en se fiant à lui, ne périsse point mais ait la vie en dehors du temps. Il a procréé son fils, la vie, non pour la destruction du monde des hommes, mais pour que le monde des hommes soit vivant par lui dans le royaume de Dieu.

« Et celui qui a foi au fils, celui-ci est dans le royaume de Dieu, dans le pouvoir de Dieu. Celui qui n’a pas foi en lui se détruit soi-même, parce qu’il ne s’est pas fié en ce qui est la vie. La destruction consiste précisément en cela que la vie est venue dans le monde, mais que les hommes se sont volontairement éloignés de la vie. La vie c’est la lumière des hommes. La lumière est venue dans le monde ; mais les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière ; et ils ne marchent pas vers la lumière. La lumière c’est l’entendement ; c’est pourquoi celui qui fait le mal évite la lumière de l’entendement pour que l’on ne voie point ses actes. Et celui-ci s’éloigne du royaume de Dieu, du pouvoir de Dieu. »

Dans les paroles adressées aux pharisiens et dans l’entretien avec Nicodème, Jésus explique ce