Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/305

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et savent comment y entrer ; tandis que les autres ne le comprennent pas. Les autres regardent et ne voient pas, écoutent et n’entendent pas, parce que leur cœur s’est engraissé.

Je dis que ces paraboles, dans les deux sens, s’adressent aux uns et aux autres. Aux uns je dis ce que c’est que le royaume de Dieu, je raconte que les uns rentrent dans ce royaume, et que d’autres n’y rentrent pas ; et ils peuvent le comprendre. À vous, je dis comment entrer dans le royaume de Dieu ; vous écoutez et comprenez comme il faut la parabole du semeur. Voici ce que pour nous elle signifie :

« En celui qui écoute la doctrine du royaume de Dieu et ne l’accepte pas dans son cœur, la tromperie entre, et arrache de son cœur la doctrine. C’est le grain tombé au bord de la route. Le grain semé sur la pierre, c’est celui, qui entend la doctrine, l’accepte avec joie ; mais il n’y a pas en lui de racine ; il ne l’accepte que provisoirement ; il répudie la doctrine dès qu’à cause d’elle il est persécuté.

« Le grain semé parmi les mauvaises herbes, c’est celui qui entend la doctrine mais la laisse étouffer par les soucis du monde, l’amour des richesses ; et elle ne donne point de fruits. Le grain semé sur la bonne terre, c’est celui qui écoute la doctrine et la comprend ; et elle donne des fruits, tantôt cent, tantôt soixante, tantôt trente pour un. C’est pourquoi celui qui comprend donne beaucoup et celui