Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/41

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dans cette expression, λόγος ne peut pas signifier « la parole » : on ne peut pas voir la parole. La traduction de la Vulgate : viderunt et ministri fuerunt sermonis est plus exacte. Ici le mot λόγος ne peut signifier autre chose que : la propagande de la doctrine ou de la sagesse ; et il faut traduire ainsi.

4) Cette préface de Luc s’adresse spécialement à Théophile, à qui l’auteur expose les raisons qui l’ont poussé à écrire son évangile.

Les versets qui parlent de ce qui a déjà été écrit et de ce qui a poussé Luc à écrire son évangile ne se rapportent point à la doctrine. En conséquence on peut les omettre ou les imprimer en petits caractères comme supplément.


Dans cette préface (Jean, xx, 31) il est dit que les hommes auront « la vie » s’ils croient que Jésus-Christ est le fils de Dieu.

De même par les paroles : l’annonciation du bien, on suppose un vrai bien particulier, plus durable que ce que les hommes appellent d’ordinaire de ce nom, et par la vie promise aux hommes on entend autre chose que ce que l’on appelle la vie. Cette autre vie on la reçoit par la foi en ce qu’est le fils de Dieu. Sans définir ce qu’il faut comprendre par l’expression « fils de Dieu », on indique qu’à cette filiation est liée l’annonciation même du bien.