Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


11) Γενέσθαι, bien que signifiant naître, peut être traduit ici par devenir.

12) Ὄνομα αὐτοῦ. Ce mot se rencontre pour la seconde fois, et là encore employé après le mot croire : croire en ὀνομα αὐτοῦ. En russe ὀνομα signifie le nom ; en hébreu la personne même. Pour exprimer les deux conceptions : le nom et la personne, il faut dire : en son essence, en son importance, en son sens. Je traduis ainsi.

13) Οἴ qui se rapporte à τοῖς, doit être traduit : puisqu’ils.

14) Γεννάω signifie d’abord : concevoir, puis aussi provenir, naître.

Il est dit que la vie est semblable à la lumière dans l’obscurité. La lumière éclaire dans l’obscurité, l’obscurité ne l’absorbe pas. Ce qui vit, vit dans le monde, mais le monde ne retient pas la vie. Puis continuant à parler de l’entendement, on dit qu’il était cette lumière qui éclaire tout homme vivant, cette lumière de la vie que connaît chaque homme. De sorte que l’entendement est répandu dans le monde tout entier, dans ce monde qui en vit. Mais tout le monde ne sait pas cela, tout le monde ne sait pas que la force, la base, le pouvoir de la vie ne résident qu’en l’entendement. L’entendement était en chaque individu, mais tous ne l’ont point pris, tous ne l’ont pas adopté et n’ont pas compris qu’en lui seul est la vie. L’entendement était