Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans son œuvre propre : le fils, mais le fils ne reconnaissait pas son père. Ni toute l’humanité, ni la majorité des individus ne comprirent qu’ils ne vivent que par l’entendement et leur vie fut comme la lumière qui paraît dans l’obscurité, brille et s’éteint.

Il y avait la vie qui se manifestait parmi la mort, et qui était de nouveau absorbée par la mort. Mais à tous ceux qui l’ont compris, l’entendement a donné la possibilité, par la foi en ce qu’il est leur origine, de devenir ses fils.

Le douzième verset qui, à une première lecture, semble si mal construit, si obscur, est au contraire très net et très clair si on le traduit exactement, et pour l’expliquer il n’y a rien à ajouter, il suffit de le relire en remplaçant le participe πιστεύουσιν par le substantif exprimant strictement la même chose.

Après avoir dit que la vie, pour les hommes, était comme la lumière dans les ténèbres, qu’elle se manifestait et s’absorbait par la mort, il est dit : mais malgré cela, l’entendement donnait aux hommes la possibilité de devenir les enfants de l’entendement, et par là de s’affranchir de la mort. Dans le douzième verset on dit que l’entendement a donné aux hommes la possibilité de devenir les fils de Dieu. Pour comprendre ce que signifie cette expression : devenir le fils de Dieu, ce qui est exposé clairement dans l’entretien avec Nicodème