Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


20. Mais comme il pensait à cela, un ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : Joseph, fils de David, ne crains point de prendre Marie pour ta femme : car ce qu’elle a conçu est du Saint-Esprit. Tandis qu’il réfléchissait à cela, il eut un rêve : un envoyé de Dieu parut devant lui et lui dit : Ne crains pas de prendre Marie pour ta femme, car ce qui naîtra d’elle naîtra du Saint-Esprit 1).
21. Et elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus ; car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. Et elle mettra au monde un fils, et tu le nommeras Jésus, ce qui signifie Sauveur, car il sauvera les hommes de leurs péchés.
24. Joseph donc, étant réveillé de son sommeil, fit comme l’ange du Seigneur lui avait commandé, et il prit sa femme. Étant éveillé, Joseph fit ce que lui avait ordonné l’ange de Dieu ; il l’accepta comme femme.
25. Mais il ne la connut point jusqu’à ce qu’elle eût enfanté son fils premier-né, et il lui donna le nom de Jésus. Mais il ne la connut point jusqu’à ce qu’elle eut mis au monde son premier fils qu’elle appela Jésus.


Remarques.


1) Les paroles « du Saint-Esprit », dans ce passage signifient la naissance d’en haut, cette même naissance qui, d’après l’entretien avec Nicodème, est propre à chaque homme. Les versets 22 et 23 affirment que la naissance de Jésus était l’accomplissement de la prophétie. Cette prophétie est contestable au dernier degré et non seulement ne confirme pas mais infirme la thèse de l’auteur.

Voici le sens des versets :

Il y avait une jeune fille, Marie. Cette fille devint enceinte, on ne sait de qui. Son époux, qui avait