Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/95

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mains, et il nettoiera parfaitement son aire, et amassera son froment dans le grenier : mais il brûlera la balle au feu qui ne s’éteint point. sera le froment et brûlera les mauvaises herbes.
13. Marc, iii, 9. Luc, iii, 21. Alors Jésus vint de Galilée au Jourdain, vers Jean, pour être baptisé par lui. Alors vint Jésus de Galilée au Jourdain, vers Jean, pour se baigner.
16. Et quand Jésus eut été baptisé, il sortit aussitôt de l’eau. Et Jésus se purifia chez Jean.


Les versets 14 et 15 du chapitre iii de Matthieu ne sont pas très compréhensibles, même dans le sens qu’on leur attribue ordinairement, et n’ajoutent rien à la doctrine.

La fin du verset 16 relate un miracle, un événement surnaturel et incompréhensible. Ces versets n’ajoutent rien à la doctrine, mais au contraire, l’obscurcissent, comme nous le verrons plus loin.


LE SENS GÉNÉRAL DE LA PRÉDICATION DE JEAN

En quoi consistait la doctrine de Jean ? On dit ordinairement que nous ne connaissons rien ou presque de ce que prêchait Jean. En effet, si l’on admet que Jean n’expliquait que la venue du royaume du ciel enseignée par Christ, ou qu’il propageait, comme les anciens prophètes, la venue de Dieu, dans le sermon de Jean il ne reste rien. Mais si nous cessons d’envisager les paroles écrites