Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/114

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


48. Mais il répondit à celui qui lui avait dit cela : Qui est ma mère et qui sont mes frères ? Et Jésus lui dit : Qui est ma mère et qui sont mes frères ?
49. Et, étendant sa main sur ses disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères. Et, montrant de la main ses disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères.
50. Car quiconque fera la volonté de mon Père, qui est aux cieux, c’est celui-là qui est mon frère et ma sœur et ma mère. Car celui qui accomplit la volonté de mon Père Dieu, celui-là est pour moi le frère, la sœur et la mère 1).

Remarques.

1) Il est dit auparavant que pour la vraie vie, il n’existe aucun souci, aucune considération ni du passé ni du temporaire ; il ne peut exister d’autre préoccupation que celle de la vie. On dit maintenant qu’entre les hommes il n’y a pas d’autre parenté que l’union de tous dans la volonté du Père.

Les hommes sont proches du royaume de Dieu selon leur union dans la volonté de Dieu.


Ἐγένετο δὲ ἐν τῷ λέγειν αὐτὸν ταῦτα, ἐπάρασα τις γυνή φωνήν ἐϰ τοῦ ὄχλου εἶπεν αὐτῷ, Μαϰαρία ϰοιλία ἡ βαστάσασα σε, ϰαὶ μαστοί οὔς ἐθήλασας.

Αὐτός δὲ εἶπε. Μενοῦνγε μαϰάριοι οἱ ἀϰούοντες τὸν λόγον τοῦ Θεοῦ ϰαὶ φυλάσσοντες αὐτόν.


Luc, xi, 27. Comme Jésus disait ces choses, une femme de la foule éleva la voix et lui dit : Heureux les flancs qui t’ont porté et les mamelles qui t’ont allaité ! Comme il disait cela, une femme du peuple éleva la voix et lui dit : Heureux le ventre qui t’a porté ; heureuses les mamelles qui t’ont allaité !