Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Luc, xii, 54. Puis il disait au peuple : Quand vous voyez une nuée qui se lève du côté d’Occident, vous dites d’abord : Il va pleuvoir ; et cela arrive ainsi. Et il dit au peuple 1) : Quand vous voyez des nuages à l’occident, vous dites aussitôt : il va pleuvoir, et la pluie arrive.
55. Et quand le vent du midi souffle, vous dites qu’il fera chaud ; et cela arrive. Et quand le vent souffle du midi, vous dites qu’il fera chaud et cela arrive.
56. Hypocrites ! vous savez bien discerner ce qui paraît au ciel et sur la terre ; et comment ne discernez-vous pas ce temps-ci ? D’après l’aspect de la terre et du ciel vous savez prévoir, comment donc ne discernez-vous pas votre situation présente ?
57. Et pourquoi ne discernez-vous pas aussi vous-mêmes ce qui est juste ? Comment en vous-mêmes ne voyez-vous pas ce qui est juste ?

Remarques.

1) Ce passage est répété ici avec une autre signification. Chez Matthieu, il correspond à la question des Pharisiens sur les preuves ; ici, il montre que la perte de l’homme par la mort est aussi évidente que la venue de la tempête après certains indices. Comment donc savez-vous, devinez-vous, quand il y aura un orage et ne savez-vous pas, et ne voulez-vous savoir que la mort viendra ?


Συνεπορεύοντοδέ αὐτῷ ὄχλοι πολλοί· ϰαὶ ὀτραφεὶς εἰπε πρὸς αὐτούς·

Εἰ τις ἔρχεται πρὸς με, ϰαὶ οὐ μισεῖ τὸν πατέρα ἑαυτοῦ ϰαὶ τὴν μητέρα, ϰαὶ τὴν γυναῖϰα ϰαὶ τὰ τέϰνα, ϰαὶ τοὺς ἀδελφούς ϰαὶ τάς ἀδελφὰς, ἔτι δὲ ϰαὶ τὴν ἑαυτοῦ ψυχήν, οὐ δυναταί μου μαθητὴς εἶναι.