Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cette question s’est compliquée par suite d’une variante fort curieuse dans notre texte. La leçon vulgaire est traduite assez convenablement : lorsque vous viendrez à mourir, littéralement : à manquer ; mais des témoins anciens et respectables ont une leçon beaucoup moins facile et par conséquent très digne d’attention : quand il (le mammon) viendra à manquer, quand vous n’en aurez plus. Cette leçon convient très bien à la parabole : l’économe se fit des amis pour le moment où ses ressources antérieures lui feraient défaut ; le disciple de Christ doit en faire autant pour le moment où les biens matériels n’y peuvent plus rien (Matth., vi, 20 ; Luc, xii, 33).

Nous arrivons à une dernière expression du v. 9 qui est bien la plus difficile de toutes et qui a le plus dérouté l’exégèse. L’objet avec lequel on doit se faire des amis est appelé (littéralement) le mammon de l’injustice. Que le mot hébreu, que nous avons conservé avec l’évangéliste, signifie la richesse, l’argent, l’avoir pécuniaire qu’on amasse, cela n’a plus besoin d’être démontré (Matth., vi, 24). Que le génitif (de l’injustice) provienne d’un idiotisme de la langue hébraïque et doive être rendu par l’adjectif, cela ne souffre pas de difficulté. Le juge de l’injustice (Luc, xviii, 6) est certainement un juge injuste ; dans notre texte même, deux lignes plus haut, il était question de l’économe de l’injustice ; et deux lignes plus bas (v. 11) l’adjectif remplace le génitif dans la phrase dont nous nous occupons. Mais qu’est-ce donc que la richesse injuste ? S’arrêtant à la signification ordinaire de l’adjectif, on a souvent pensé à un bien mal acquis, quoique, à vrai dire, le mot injuste qualifie celui qui agit contrairement à la justice, ce qui est autre chose. Mais enfin, devons-nous donc croire que Jésus supposait à ses disciples les biens mal acquis ? Et si cela peut avoir été le cas pour quelques-uns, pourquoi ne leur dit-il pas de rendre à qui de droit ce qu’ils ont mal acquis ? Ou bien, si cela n’était pas toujours possible, les aumônes faites avec