Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/219

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dit : Les tiens, ta mère et tes frères sont là-bas ; ils veulent te voir. « Ma mère et mes frères, répondit Jésus, sont ceux qui ont compris la volonté du Père et l’accomplissent. »

Un homme dit à Jésus : Je te suivrai n’importe où. À cela Jésus lui répondit : Il n’y a pas d’endroits où me suivre, je n’ai ni maison ni abri. Seules les bêtes ont des tanières et des trous. L’homme est esprit ; il est partout chez lui s’il vit par l’esprit.

Une fois il arriva à Jésus de naviguer dans une barque avec ses disciples ; il voulait traverser de l’autre côté. Mais au milieu du lac une tempête s’éleva, et la barque faillit chavirer. Jésus était couché à la proue et dormait. Ses disciples l’éveillèrent et lui dirent : Maître, t’est-il donc égal que nous tous périssions ! Quand la tempête se fut calmée, il leur dit : Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous point la foi en la vie de l’esprit ?

Jésus dit à un homme : Suis-moi. Cet homme objecta : Mon vieux père est mort, laisse-moi d’abord l’ensevelir, ensuite je te suivrai. Jésus lui dit : Que les morts ensevelissent leurs morts, et toi, si tu veux être vivant, remplis la volonté du Père et annonce-la.

Un autre homme dit à Jésus : Je désire être ton disciple ; j’exécuterai la volonté du Père comme tu l’ordonnes, mais permets-moi auparavant de mettre en ordre ma maison. Jésus lui dit : Si un laboureur