Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dit : Il semble à l’homme qu’on ne puisse protéger sa vie sans la propriété, mais Dieu, sans propriété, protège la vie de l’homme.

Une fois, Jésus traversa Jéricho. Le chef de cette ville était un riche adjudicataire, nommé Zachée. Ce Zachée avait entendu parler de la doctrine de Jésus et croyait en lui. Apprenant que Jésus était à Jéricho, il voulut le voir. Mais une telle multitude entourait Jésus, qu’il ne put se frayer un chemin jusqu’à lui, d’autant plus que Zachée était de très petite taille.

Alors il courut en avant et grimpa sur un arbre pour voir Jésus quand il passerait là.

En effet, en passant devant l’arbre, Jésus l’aperçut, et, ayant appris qu’il croyait en sa doctrine, il lui dit : Descends et va dans ta demeure ; j’irai chez toi. Zachée descendit de l’arbre, courut chez lui, fit des préparatifs pour recevoir Jésus, et l’accueillit avec joie.

Le peuple se mit à clabauder au sujet de Jésus : Voilà, il est allé dans la maison de l’adjudicataire, chez un voleur.

Pendant ce temps Zachée disait à Jésus : Maître, voici ce que je ferai : Je donnerai aux mendiants la moitié de mes biens, et, du reste, je rembourserai au quadruple tous ceux que j’ai lésés.

Et Jésus lui dit : Tu t’es sauvé ; tu étais mort et tu es devenu vivant ; tu te perdais et tu t’es retrouvé parce que tu as fait comme Abraham, au moment