Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/244

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’on tient compte de ce qui a été dit auparavant, ce mot doit signifier qu’il est venu non pour la fête, non pour qu’on l’y voie, mais pour lui-même.


Οἱ οὖν Ἰουδαῖοι ἐζήτουν αὐτὸν ἐν τῇ ἑορτῇ ϰαὶ ἔλεγον· ποῦ ἐστιν ἐϰεῖνος ;

Καὶ γογγυσμὸς πολὺς περὶ αὐτοῦ ἦν ἐν τοῖς ὄχλοις· οἱ μὲν ἔλεγον, ὅτι ἀγαθὸς ἐστιν· ἄλλοι δὲ ἔλεγον· οὒ, ἀλλὰ πλανᾷ τὸν ὄχλον.

Οὐδείς μέντοι πἀρῥησίᾳ ἐλάλει περὶ αὐτοῦ, διὰ τὸν φόβον τῶν Ἰουδαίων.


Jean, vii, 11. Les Juifs donc le cherchaient pendant la fête, et disaient : Où est-il ? Les Juifs le cherchaient à la fête et demandaient : Est-il ici ou non 1) ?
12. Et on tenait plusieurs discours de lui parmi le peuple. Les uns disaient : C’est un homme de bien, et les autres disaient : Non, mais il séduit le peuple. Et il y avait une grande discussion à son sujet parmi le peuple. Les uns disaient : C’est un homme de bien ; les autres disaient : Non, il induit le peuple en erreur.
13 Toutefois personne ne parlait librement de lui, à cause de la crainte qu’on avait des Juifs. Mais personne ne parlait de lui ouvertement à cause de la crainte des Juifs 2).

Remarques.

1) Ποῦ, ici, a un sens dubitatif, comme chez Luc, viii, 25 : Alors il leur dit : Où est votre foi ?

2) Les Juifs, sachant qu’il niait leur religion, demandent s’il est venu à la fête, ou si, par son absence, il la répudie. Et, à cette occasion, ils discutent sa doctrine, mais ils ont peur de dire ouvertement qu’il nie tout le culte de Dieu des Juifs.