Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/251

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jean, vii, 22. Moïse vous a ordonné la circoncision (non pas qu’elle vienne de Moïse mais elle vient des pères) et vous circoncisez un homme au jour du sabbat. Et voilà 1), Moïse vous a ordonné la circoncision, bien qu’elle ne vienne pas de Moïse mais des pères, et vous circoncisez le jour du sabbat 2).

Remarques.

1) Διά τοῦτο, ici, comme dans plusieurs passages de Jean, s’emploie pour lier ce qui suit à ce qui précède. Personne de vous ne remplit la loi de Dieu, et en voici la preuve.

2) L’explication de ce passage, qui d’après les interprétations de l’Église n’a aucun sens, résulte des versets précédents ; ce n’est pas Moïse qui vous a donné la loi ; personne de vous ne vit selon la loi, et de ce verset où Jésus dit qu’il remplit le culte unique, non contradictoire comme la loi de Moïse. Et il donne l’exemple de cette contradiction intérieure qui est dans la loi de Moïse. En outre il faut se rappeler que la circoncision a deux significations : l’une extérieure, l’autre, celle de l’union avec Dieu, la même que l’observance de tous les commandements et du sabbat. Le sabbat était le signe de l’union avec Dieu. Jésus dit : En voici un exemple. Moïse vous a ordonné de faire la circoncision pour que vous soyez unis avec Dieu. L’union avec Dieu, s’affirme par l’observance du sabbat ; or vous autres, pour observer la loi de Moïse, dont le but est de maintenir l’union avec Dieu, vous violez le sabbat, l’union avec Dieu.