Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/290

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


19. Et ils les interrogèrent, et leur dirent : Est-ce ici votre fils que vous dites être né aveugle ? Comment donc voit-il maintenant ? Et ils les interrogèrent : Est-ce là votre fils que vous avez dit être né aveugle ? Comment donc voit-il maintenant ?
20. Son père et sa mère répondirent : Nous savons que c’est ici notre fils et qu’il est né aveugle. Son père et sa mère leur répondirent : Nous savons que c’est notre fils et qu’il est né aveugle.
21. Mais nous ne savons comment il voit maintenant. Nous ne savons point non plus qui lui a ouvert les yeux. Il a de l’âge, interrogez-le ; il parlera pour lui-même. Mais comment voit-il maintenant, ou quelqu’un lui a-t-il ouvert les yeux, nous l’ignorons. Lui-même est assez âgé, interrogez-le, il vous parlera de lui.
22. Son père et sa mère dirent cela, parce qu’ils craignaient les Juifs, car les Juifs avaient déjà arrêté que si quelqu’un reconnaissait Jésus pour être le Christ, il serait chassé de la synagogue. Son père et sa mère dirent cela, parce qu’ils craignaient les Juifs, car les Juifs avaient déjà décidé que si quelqu’un reconnaissait le Christ, il serait chassé de la réunion.
23. C’est pour cela que son père et sa mère répondirent : Il a de l’âge, interrogez-le. C’est pourquoi son père et sa mère répondirent : Il est assez âgé, interrogez-le 1).

Remarques.

1) Le traducteur et les exégètes ayant pris tout ce chapitre pour la description d’un miracle, interprètent ordinairement de telle façon que les Juifs ne croient pas à l’accomplissement du miracle, et interrogent à ce sujet l’aveugle et ses parents.

Mais il suffit de lire ce qui est écrit pour voir que les Pharisiens n’ont même pas l’idée d’un pareil témoignage. Ils demandent (Jean, ix, 10) : Comment tes yeux se sont-ils ouverts ? c’est-à-dire