Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/345

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pas à mes paroles, croyez à mes actes, à la vie en Dieu que je mène. Selon mes œuvres vous comprendrez qui je suis et pourquoi je suis venu. Mais vous ne me croyez pas parce que vous ne me suivez pas. Celui qui me suit et fait ce que je dis me comprend. Et celui qui comprend ma doctrine et la suit reçoit la vraie vie.

Moi et le Père-Dieu, nous ne faisons qu’un.

Les Juifs, effrayés de ces paroles, veulent ramasser des pierres pour le lapider, Mais il leur dit : Je vous ai montré beaucoup de bonnes œuvres ; pour laquelle de ces bonnes œuvres voulez-vous me tuer ?

Ils lui disent : Ce n’est point pour une bonne œuvre que nous voulons te tuer, c’est parce que toi, un homme, tu veux te faire passer pour Dieu.

Et Jésus leur répond : Mais c’est précisément ce qui est dit dans vos Écritures. On rapporte que Dieu lui-même a dit aux mauvais chefs : Vous êtes des dieux !

S’il a appelé dieux des hommes pervers, alors pourquoi trouvez-vous sacrilège d’appeler fils de Dieu, ce que Dieu, ayant aimé, a envoyé dans le monde ? Chaque homme est fils de Dieu par l’esprit. Si je ne vis pas selon Dieu, ne croyez point que je suis fils de Dieu. Mais si je vis selon Dieu, d’après ma vie, croyez que je suis le fils de Dieu, et comprenez alors que le Père est en moi et moi en lui ; que moi et le Père ne faisons qu’un.