Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Luc, xi, 19. Si c’est par Belzebuth que je chasse les démons, par qui vos enfants les chassent-ils ? C’est pour cela qu’ils seront eux-mêmes vos juges. Et si je chasse le mal par le mal, alors, vous, par quoi le chassez-vous ? C’est pourquoi soyez juges pour vous-mêmes 2).

Remarques.

1) C’est-à-dire : si le mal se retournait contre lui-même, il n’y aurait pas le mal, et pourtant il existe.

2) Si vous reconnaissez que je chasse le mal, ce ne peut être par le mal, car alors il n’y aurait pas le mal. Si vous chassez le mal, ce n’est pas par le mal, c’est par autre chose : par le bien. Par conséquent, si je chasse le mal, ce n’est certainement pas par le mal, mais par le bien.


Εἰ δὲ ἐν δαϰτύλῳ Θεοῦ ἐϰβάλλω τὰ δαιμόνια, ἄρα ἔφθασεν ἐφ’ ὕμᾶς ἡ βασιλεία τοῦ Θεοῦ.


Luc, xi, 20. Mais si c’est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, il est certain que le royaume de Dieu est venu parmi vous. Si je chasse le mal par l’esprit de Dieu, alors cela signifie qu’il y avait auparavant le royaume de Dieu 1).

Remarques.

1) S’il n’y avait que σατανᾶς et δαιμόνια, c’est-à-dire la tromperie et le mal, alors le mal anéantirait le mal, la tromperie anéantirait la tromperie, le mal n’existerait plus. Mais vous-mêmes chassez le mal par le bien. Et si moi je chasse le mal par