Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/374

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Voici, je mettrai pour fondement une pierre en Sion, une pierre éprouvée, une pierre angulaire et précieuse, pour être un fondement solide ; celui qui croira ne se hâtera point.

Et je mettrai le jugement à l’équerre, et la justice au niveau ; la grêle enlèvera la confiance du mensonge et les eaux inonderont ce qui mettait à couvert.

Et votre accord avec la mort sera aboli, et votre intelligence avec le sépulcre ne tiendra point ; quand le fléau débordé traversera, vous en serez accablés.

Ainsi donc cette pierre est celle qui résistera à la mort, c’est la justice et la vérité. Mais cette pierre, d’après le sens du psaume, les hommes ont commencé à bâtir et ne l’ont pas prise. Et cependant cette base est donnée par Dieu, et pour nous elle est étonnante.


Διά τοῦτο λέγω ὑμῖν, ὅτι ἀρθήσεται ἀφ' ὑμῶν ἡ βασιλεία τοῦ Θεοῦ, ϰαὶ δοθήσεται ἔθνει ποιοῦντι τοὺς ϰαρπούς αὐτῆς.


Matthieu, xxi, 43. C’est pourquoi je vous dis que le royaume de Dieu vous sera ôté, et qu’il sera donné à une nation qui en rendra les fruits. C’est pourquoi je vous dis : Vous perdez le royaume de Dieu, et il sera donné à ceux qui en rendent les fruits.


Cette parabole, qui est très profonde, est complètement perdue, à cause de la signification particulière qui lui est donnée. Cette parabole continue directement la pensée renfermée dans celle de l’ouvrier qui est venu du champ, à savoir : que la foi est basée non sur ce que les hommes nous