Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/399

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Remarques.

1) Dans plusieurs manuscrits il y a les yeux.

2) J’ai déplacé ce verset parce qu’il renferme l’explication de la parabole du figuier. Il n’y a pas de preuves, sauf la conscience de la vie en Dieu. Cette conscience s’exprime par les actes, comme la croissance des feuilles au printemps. Quand vous la sentirez, alors levez les yeux et n’ayez pas peur. Sachez alors que votre salut est commencé. C’est un indice, c’est une preuve.


SUR LA PRIÈRE.

Ελεγε δὲ ϰαὶ παραβολήν αὐτοῖς πρὸς τὸ δεῖν πάντοτε προσεύχεσθαι ϰαὶ μὴ ἐϰϰαϰεῖν.


Luc, xviii, 1. Jésus leur dit aussi cette parabole, pour montrer qu’il faut toujours prier et ne se relâcher point. Et Jésus leur fit un sermon pour leur montrer qu’il faut toujours prier 1), et ne se point relâcher.

Remarques.

1) Προσεύχομαι, signifie d’abord désirer, chercher, aspirer à quelque chose. Puisqu’il a été dit qu’il ne faut prier que le saint-esprit, il ne faut pas oublier ici que la prière, le désir, ne doit être que pour obtenir de Dieu la possibilité de vivre dans le royaume de Dieu, c’est-à-dire le royaume du saint-esprit. Dans ce verset j’ai remplacé le mot parabole par sermon, puisqu’il renferme le sermon sur