Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/415

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


2. Or, il y en avait cinq d’entre elles qui étaient sages, et cinq qui étaient folles. Cinq d’entre elles étaient sages, et cinq étaient folles.
3. Celles qui étaient folles, en prenant leurs lampes, n’avaient point pris d’huile avec elles. Les folles prirent leurs lampes mais ne prirent point d’huile.
4. Mais les sages avaient pris de l’huile dans leurs vaisseaux avec leurs lampes. Les sages prirent leurs lampes et de l’huile dans leurs vaisseaux.
5. Et comme l’époux tardait à venir, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Comme l’époux tardait, elles toutes s’endormirent.
6. Et sur le minuit on entendit crier : Voici l’époux qui vient, sortez au-devant de lui. Tout d’un coup, au milieu de la nuit, on cria : Voici l’époux. L’époux vient ! Allez au-devant de lui.
7. Alors ces vierges se levèrent toutes, et préparèrent leurs lampes. Alors toutes les vierges se levèrent et préparèrent leurs lampes.
8. Et les folles dirent aux sages : Donnez-nous de votre huile car nos lampes s’éteignent. Et les folles dirent aux sages : Donnez-nous de votre huile, sans quoi nos lampes s’éteindront.
9. Mais les sages répondirent : Nous ne le pouvons de peur que nous n’en ayons pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt vers ceux qui en vendent, et en achetez pour vous. Mais les sages leur répondirent : C’est impossible, car il n’y en a pas assez pour vous et pour nous ; allez plutôt dans la boutique et en achetez.
10. Mais pendant qu’elles en allaient acheter, l’époux vint ; et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui aux noces, et la porte fut fermée. Pendant qu’elles en allaient acheter, l’époux vint. Celles qui étaient prêtes, entrèrent à la noce, et la porte fut fermée derrière elles.
11. Après cela les autres vierges vinrent aussi, et dirent : Seigneur, seigneur, ouvre-nous ! Après cela les autres vierges vinrent et dirent : Maître, maître, ouvre-nous !