Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de nuit n’est le veilleur de nuit qu’afin de ne pas dormir pendant la nuit, car il ne peut savoir quand on aura besoin de lui. De même les vierges ne sont venues que pour rencontrer l’époux. La même chose avec le fils de l’homme. Le fils de l’homme n’est le fils de l’homme que pour vivre toujours comme le fils dans la maison de son père, et non comme un esclave, et pour toujours reconnaître en soi Dieu.

Le maître de la maison dans laquelle le larron a creusé un souterrain ne se laisserait pas ruiner s’il savait quand le voleur viendra. Ainsi on ne peut connaître le temps. Toujours et jamais. Il faut que le maître arrange sa maison de telle façon qu’on ne puisse rien dérober chez lui. C’est ainsi avec l’entendement de Dieu. Il ne vient pas et ne s’en va pas ; pour lui le temps n’existe pas. Il y a l’entendement, cela signifie que déjà est commencée la vie du fils de l’homme en dehors du temps.

Après cela on demande à Jésus si beaucoup seront sauvés ? Il ne répond pas à cette question parce qu’il n’y peut répondre.

Pour le fils de l’homme il n’y a ni lieu ni temps, il n’y a donc ni beaucoup ni peu. Le grain est jeté en tous. Mais à cela, il dit : il ne faut pas se demander qui sera sauvé et comment, mais il faut travailler, lutter, forcer la porte, car ceux qui raisonnent n’entreront pas. Il y avait un moment quand ils pouvaient entrer, ils ne l’ont pas fait, la