Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/427

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


IL N’Y A PAS D’AUTRE VIE
Exposé général du chapitre viIi

Vous serez mendiants, vagabonds, vous serez humiliés. Mais celui qui aime son père ou sa mère, son fils ou sa fille plus que moi, celui-ci n’a pas compris ma doctrine. Celui qui n’est pas prêt à endurer toutes les souffrances, toutes les privations physiques, celui-ci ne m’a point compris. Celui qui acquerra tout ce qu’il y a de meilleur pour la vie physique, celui-ci perdra la vraie vie. Et celui qui perdra sa vie physique pour l’accomplissement de ma doctrine, celui-ci recevra la vraie vie.

Et à ces paroles de Jésus, Pierre lui dit : Tout cela est juste et nous t’avons écouté, nous avons rejeté tous les soucis matériels, nous avons abandonné tous nos biens, nous sommes devenus des vagabonds et t’avons suivi ; quelle récompense en aurons-nous ?