Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/430

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moi, cela n’est point en mon pouvoir. Tous les hommes sont nés différents, et à chacun est donné un degré différent d’entendement. Mais tous peuvent également exécuter la volonté de Dieu et recevoir la vie.

Les autres disciples ayant entendu cela se fâchèrent contre les deux frères, de ce qu’ils voulaient être semblables au maître, et supérieurs à eux.

Jésus les appela et leur dit : Si vous deux, Jean et Jacques, m’avez demandé de vous faire tels que moi afin d’être supérieurs aux autres disciples, vous vous êtes trompés. Et si vous autres, disciples, vous vous fâchez contre eux, parce qu’ils veulent être supérieurs à vous, vous vous trompez. Ce n’est que dans le monde qu’existent les rois et les chefs et où celui qui est supérieur dirige le peuple. Mais parmi vous il ne peut être ni supérieurs ni inférieurs.

Parmi vous, pour être plus grand que les autres, il faut être le serviteur de tous, car c’est en cela qu’est la doctrine du fils de l’homme. Il est, non pour qu’on le serve, mais pour lui-même servir tous, et pour donner sa vie de la chair contre la vie de l’esprit. L’esprit-Dieu cherche le salut de ce qui périt. Dieu désire le salut des hommes, et il se réjouit, de même que le berger, quand il retrouve une seule brebis perdue. Et quand une seule est en danger de perte, il abandonne les quatre-vingt-dix-neuf autres et va sauver celle qui se perd.