Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faire de lui-même à moins qu’il ne le voie faire au Père ; car tout ce que le Père fait, le Fils aussi le fait pareillement. faire de lui-même s’il ne sait ce que fait le Père ; car tout ce que fait le Père, le fils le fait également.
20. Car le Père aime le fils et il lui montre tout ce qu’il fait ; et il lui montrera des œuvres plus grandes que celles-ci, en sorte que vous en serez remplis d’admiration. Le Père aime le fils, et il lui montre tout, et il lui montrera encore d’autres de ses œuvres plus grandes que vous admirerez.

Remarques.

1) Plus grandes c’est-à-dire supérieures à la guérison corporelle.


Ὥσπερ γὰρ πατὴρ ἐγείρει τοὺς νεϰροὺς ϰαὶ ξωοποιεῖ, οὕτω ϰαὶ ὁ νιός οὕς θέλει ζωοποιεῖ.

Οὐδέ γὰρ ὁ πατὴρ ϰρίνει οὐδένα ἀλλά τὴν αρίσιν πᾶσαν δέδωϰε τῷ ὑιῷ.


Jean, v, 21. Car comme le Père ressuscite les morts et leur donne la vie, de même aussi le Fils donne la vie à ceux qu’il veut. Comme le Père excite les mortels 1) et les vivifie, de même le Fils vivifie qui il veut.
22. Le Père ne juge personne, mais il a donné au fils tout pouvoir de juger. Parce que le Père ne choisit pas ; mais tout le choix 2) est remis au pouvoir du Fils.

Remarques.

1) Le fait que le mot νεϰρός ne signifie pas toujours, en langue évangélique, mort, n’a pas besoin d’être prouvé, pour quiconque a lu l’Évangile dans le texte grec. Il suffit de se rappeler le verset de Matthieu, viii, 22 : « … et laisse les morts ensevelir leurs morts » et le verset 24 du chapitre que nous